© Démocratie News


Bosco Mwehu (Linafoot) : «Le huis clos va asphyxier les clubs»

Bosco Mwehu (Linafoot) : «Le huis clos va asphyxier les clubs»

Le Média en ligne et Magazine DémocratieNews vous exhorte à observer les gestes barrières pour vous protéger contre la pandémie du Coronavirus (Covid-19).

A la tête de la Commission de Gestion de la Ligue Nationale de Football (Linafoot) depuis 2017, Bosco Mwehu est dans la dernière année de son mandat. Dans cet entretien exclusif qu’il a accordé à Sport News Africa (SNA), le dirigeant a abordé cette question. Il a aussi parlé du démarrage de la saison et bien évidemment le contexte particulier de la crise sanitaire.

Entretien

Président, quand est-ce que le championnat de football va réellement reprendre ?

Nous voulons commencer le 25 septembre 2020. Le calendrier est presque prêt. Il nous restait juste à connaître les fenêtres FIFA et les compétitions de la CAF pour l’intégrer dans la programmation. Nous les avons et notre sous-commission s’attèle à faire un calendrier définitif pour ce qui est de la manche aller.

Pensez-vous que les clubs ont les moyens financiers et la ressource humaine pour faire respecter les mesures contre le coronavirus ?

Lorsqu’une personne décide de créer une équipe de football, il le fait de son plein gré. Il devrait donc, en principe, se préparer en conséquence afin de pouvoir participer au championnat. C’est vrai que les clubs ont des difficultés énormes.

Le Gouvernement a notamment décidé que toutes les rencontres se jouent à huis clos. Or, l’une des rares sources de revenus des clubs est la billetterie. N’est-ce pas une mesure qui peut les asphyxier ?

Il faut dire que le Gouvernement doit avoir bien examiné la situation. Il est question que nous puissions jouer au foot mais, en même temps, que nous nous protégeons du coronavirus. Effectivement, cette décision de jouer à huis clos va assurément asphyxier les clubs voire même l’organisateur. Parce que, nous dépensons pour organiser les matchs. C’est difficile mais nous avons encore de la chance parce que la Fecofa intervient pour nous aider à prendre en charge certaines de nos obligations. Mais, à coup sûr, sur le plan sanitaire le huis clos est bien accueilli. Sauf que sur le plan financier cela va nous poser quelques problèmes. Attendons, un peu de voir le premier match comment cela va se passer. Et, pour le reste, nous verrons avec les clubs et le Gouvernement comment nous pouvons évoluer.

Est-ce que la Linafoot va subventionner les clubs pour compenser certaines de leurs dépenses liées à la lutte contre le COVID-19 ?

Subventionner, c’est l’apanage du Gouvernement. La Linafoot, elle-même, est un parent pauvre. Si nous faisons un effort d’exister, c’est parce que la Fecofa nous aide. Nous bénéficions aussi de l’apport de notre sponsor. Mais, cela ne nous permet pas effectivement à prendre en charge toute l’organisation du championnat. Les clubs ont écrit au Gouvernement pour qu’il les aide ne serait-ce que dans la prise en charge des voyages. Voyons comment ça va se passer, je sais que le ministère des Sports est en train de se battre pour ce problème. Mais la Linafoot n’a pas les moyens pour aider les clubs.

Le championnat sera-t-il maintenu s’il y a deux ou trois cas positifs au sein de certains effectifs ?

Nous allons faire comme ça se fait en France ou en Allemagne. Nous serons très attentifs. Dès qu’un cas de COVID-19 se déclare dans une équipe et que nous sommes informés, nous allons prendre les mesures qu’il faut comme ça se fait ailleurs. Il faut copier ce qui est bon. Je pense que nos amis européens le font bien. Nous allons voir ce qu’il faut faire. Dès qu’un cas est déclaré et que nous sommes informés, nous allons prendre les dispositions qui s’imposent.

Avez-vous des garanties de la CAF que les compétitions puissent se jouer la saison prochaine ?

Je pense qu’il est de bonne aloi que la CAF conclut d’abord avec ce qui n’est pas fini. Pour la saison prochaine, il n’y a pas de raison pour que la CAF n’organise pas les compétitions africaines si la situation sanitaire le permet. Nous avons quatre représentants pour la RD Congo. Ils doivent se préparer en se disant que tôt ou tard les dates vont publiées et il faut jouer. C’est pourquoi, nous sommes pressés de commencer notre championnat de manière à ce que lorsque la CAF organise ses compétitions interclubs, que nous soyons prêts. Nous pensons que nous avons les meilleures équipes. Elles peuvent aller encore très loin comme la saison dernière. Nous avons confiance.

Votre mandat de quatre ans se termine, cette année. Allez-vous en briguer un autre ?

Moi et mon équipe sommes focalisés sur ce que nous devons faire de ce championnat, cette saison. Déjà que le dernier championnat n’est pas arrivé à terme à cause de ce virus. Mon équipe et moi sommes décidés à terminer celui qui va démarrer bientôt. Je ne pense sincèrement pas à ce qui va se passer les saisons à venir. J’aurai le temps d’échanger avec mes amis afin de voir la suite. Mais pour le moment, nous voulons entamer et terminer de la meilleure des manières cette saison. Nous voulons que les arbitres se comportent comme il se doit. Nous voulons que nos équipes jouent effectivement et gagnent sur le terrain. Nous voulons qu’à la fin de la saison que le champion comme les autres saisons ne soit pas contesté.

Source: https://sportnewsafrica.com/


Voir les commentaires

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article

----------------------------

Laisser un commentaire